Xilon - Robert Fripp
©Xilon 2001 - Tout droit réservé








Vous consultez Linkin grâce à Microsoft Explorer

Dernière mise à jour

©Xilon 2001
Tout droit réservé

 

Le groupe progressif au grand complet

Histoire courte et personnelle de King Crimson
Par Robert Fripp

Dans une critique de VROOOM du Boston Phoenix, on a récemment décrit King Crimson comme un groupe rock indépendant. Il l'a probablement toujours été. Etant donné l'origine première, je dois encore trouver les origines secondaires réellement rationnelles, mais qui pour moi, plus important, transmettent l'esprit du groupe et de sa musique. Il est peut-être franchement évident que je vois Crimson comme quelque chose située très en dehors, tout en y étant, de l'industrie rock et de ses contemporains. Une difficulté du Crim tout le temps persistante, c'est le niveau de réaction glacial : le respect faisait front au dégoût et à l'indifférence légère. Mais l'élément particulier le plus significatif, constamment répété, c'est que les décisions de Crimson entrent en coup de vent dans la face de la sagesse conventionnelle de l'industrie et du conseil commercial, en général. Lorsque Crimson est sur le point d'avoir du succès à grande échelle, j'ai remarqué qu'il se dissout régulièrement. Quand un groupe préfère la logique du business aux décisions musicales, la musique ne fait que s'effacer. Quand un groupe attache à son apparence une signification plus forte qu'à sa musique, le groupe ne fait que mourir. Quand un groupe écoute l'inspiration musicale de sa compagnie de disque, il a une chance sur sept d'avoir énormément de succès, et six chances sur sept d'échouer misérablement. D'une manière ou d'une autre, il perd le noyau de son public. De là, l'aphorisme : ce qu'il n'y a de pire qu'une compagnie de disque qui se désintéresse d'un groupe, c'est une compagnie de disque qui s'intéresse à un groupe. La logique du business et la logique musicale sont complètement incompatibles. Le business exige de la consistance, des garanties, de la sécurité, de la régularité de fonctionnement. L'acte créatif s'expose sûrement au danger, et le résultat est inévitablement hasardeux : significatif, néanmoins risqué. Un moyen efficace de se débarrasser de la pression des managers et des compagnies de disque consiste à licencier toutes les fois que le groupe a rempli ses engagements musicaux et/ou qu'il commence à produire un revenu important. Il y a là cinq configurations de personnel différentes du King Crimson live.

Extrait de Robert Fripp ou le refus des conventions
de Roger Grastek

Les musiciens de King Crimson

Robert Fripp
Robert Fripp (guitar)

Adrian Belew
Adrian Belew (vocals, guitar)

Tony Levin
Tony Levin (bass, stick bass)

Trey Gunn
Trey Gunn (bass touch guitar)

Bill Bruford
Bill Bruford (drumming)

Pat Mastelooto
Pat Mastelotto (drumming)